Déc.2013 n° 170

Déc.2013 n° 170

PVI N°170

ÉDITORIAL, PAR ROBERT DE ROSA          

Plus de détails

6,00 € HT

Partager

La spiritualité de la Franc-maçonnerie n’est pas coupée du monde et son humanisme va bien au-delà de l’économie ou de la politique. Entre la loge « tour d’ivoire » et la loge « forum » s’ouvre une voie médiane, exigeante et difficile, qui est un espace de reconstruction de l’homme dans ses rapports avec lui-même et avec les autres. Le Rite Écossais Ancien et Accepté pose des repères sur cette voie du milieu qui débouche nécessairement sur des engagements personnels. Aux témoignages des maçons s’ajoutent les réponses du philosophe et de l’artiste qui donneront aux lecteurs matière à réflexion.

SOMMAIRE

ÉDITORIAL, PAR ROBERT DE ROSA          

THÈME
La contribution de la franc-maçonnerie à l’évolution humaine
 - Jean-Jacques Gabut          
La franc-maçonnerie s’implique dans la société civile de trois façons : au niveau politico-social qui a surtout concerné la Troisième République ; dans le champ humanitaire et philanthropique qui suppose une morale fondée sur des obligations réciproques : entre État et citoyens, entre citoyens eux-mêmes, entre les hommes et la Nature, et même entre les hommes et les animaux ; enfin, en contribuant à la transformation de l’homme lui-même.

Œuvrer à l’extérieur avec l’acquis du travail en loge - Jean-Louis Vidal-Revel         
Porter au-dehors l’œuvre commencée dans le Temple, c’est opposer le monde maçonnique au monde profane. Rien de tel pourtant : à côté de Francs-maçons accomplis, il existe des « Maçons sans tablier » qui en possèdent les qualités, mais sans en avoir la méthode. Le Franc-maçon s’assigne un double devoir : celui d’exemplarité, car il a un rôle d’éducateur en vue du perfectionnement de l’humanité, et celui d’Espérance et de Persévérance.

Vivre la Tradition dans le monde d’aujourd’hui - Jean-Émile Bianchi          
La Tradition a peu de place dans notre monde matérialiste. Pour l’homme traditionnel qu’est l’initié, connaître c’est « devenir », donc « se transformer ». Le Rite Écossais Ancien et Accepté est l’émanation de cette Tradition universelle. Il amène le Maçon écossais à s’affranchir volontairement des conditionnements matériels, intellectuels et sociaux dont tout homme est prisonnier, pour avancer sur les chemins de l’Esprit.

Achever l’œuvre au-dehors - Serge Combes          
L’initiation est un engagement qui ne doit pas se centrer sur soi-même mais viser le perfectionnement de l’Humanité tout entière qui constitue le prolongement de soi. Ainsi, s’interpénètrent la raison et l’acte. Notre responsabilité de Franc-maçon suppose donc une action d’ouverture à l’autre, notamment par la bienfaisance fraternelle qui doit s’appliquer à l’ensemble de la société dans une attitude exemplaire et humble.

L'action du Grand Maître Pierre Simon - Serge Ajzenfisz          
Pierre Simon (1925-2008) fut médecin, homme politique et deux fois Grand Maître de la Grande Loge de France. Il a laissé une empreinte encore très vivante au sein de notre obédience et plusieurs créations  sont encore pérennes de nos jours. Il fut un inlassable artisan de la lutte pour la vie, pour la contraception ouverte à toutes les femmes, pour l'abolition de la douleur et pour l'interruption volontaire de grossesse. Le prix Pierre Simon perpétue sa mémoire.

Franc-maçon et tireur sportif dans la cité - Jacques Jubenot          
Le tir sportif est une discipline exigeante où l’on doit maîtriser, sans bouger, la « visée », c’est-à-dire l'alignement de l’œil, du cran de mire, du guidon et de la cible, et le « lâcher » jusqu'au départ du coup. Pour y parvenir, il faut s’extraire du monde extérieur, se concentrer sur le geste, c’est-à-dire le rituel et non pas sur le résultat, démarche qui n’est pas sans rappeler la Franc-maçonnerie ! Sans compter la nécessité de transmettre…

INVITÉ
Présentation de Christian Godin        

L’utopie malgré tout - Christian Godin          
Actuellement l'utopie, comme idée et genre littéraire, régresse car le progrès l’a rendue immanente. La science-fiction qui lui succède est une contre-utopie qui transpose dans les autres mondes les luttes du nôtre. Quant aux télécommunications et aux biotechnologies, vecteurs matériels de l'utopie actuelle, elles s’appuient sur la mondialisation, qui ne laisse nulle place aux projets et à l’espérance. Au fond, il faut promouvoir les valeurs universelles à incarner : la prospérité, la paix, la liberté, la justice et la fraternité. Or, cette utopie-là reste à construire.

POÉSIE
L'homme éclaté
 - Jean-François Pluviaud       

INVITÉ
Présentation d’Ernest Pignon-Ernest        

Entretien avec Ernest Pignon-Ernest - Robert de Rosa          
Entretien avec Ernest Pignon-Ernest, à son domicile, situé dans la cité d’artistes appelée « La Ruche », dans le 15e arrondissement de Paris. Un îlot de calme et de verdure, sauvegardé des promoteurs et habité par une soixantaine d’artistes de toutes nationalités…

THÈME
Du secret au sacré sur le parvis du temple
 - Gil Garibal           
La franc-maçonnerie a toujours été considérée comme une société secrète. Or, toute société initiatique possède des rites et rituels. Faire comprendre à un profane ce qu’est la franc-maçonnerie nécessite donc un effort de communication extérieure de nature pédagogique. Mais, ce qu’éprouve le Maçon, c’est moins un « secret d’appartenance », qu’un « sentiment d’appartenance », joie intérieure indicible qui constitue le véritable secret maçonnique et relève du sacré.

Le Franc-maçon est-il un Candide, un Don Quichotte ou le Dernier des Mohicans ? - Pierre Pelle le Croisa          
Quand un Maçon de la Grande Loge de France rencontre des profanes qui l’interrogent sur son appartenance, il est confronté à l’image qu’a le grand public de la franc-maçonnerie et à l’utilité d’une telle démarche dans le monde d’aujourd’hui. Cela l’oblige à définir ce qu’elle est pour lui… et ce n’est pas une mince affaire !

Construire est un devoir ô combien difficile… - André Ughetto          
Contribuer à bâtir la cité idéale est un devoir pour le Franc-maçon. Mais quelle cité idéale et, surtout, en quoi consiste ce devoir ? Face à face, le relativisme et le rigorisme sont destructeurs. Comprendre l’esprit du devoir, c’est se conformer au Bien mais, en pratique, celui-ci varie avec les circonstances. Le seul critère universel possible est le respect de la liberté de l’Autre, respect de l’Homme aussi bien que de la Nature.

La loge : un espace sacré, ouvert sur l’extérieur - Christian Bonhomme         
L’initié fait le pari ambitieux d’élever son esprit par le travail sur soi. S’il doit « laisser ses métaux à la porte du Temple », ce n’est pas pour se couper du monde extérieur, mais pour garder à la Loge son caractère sacré. Car, si le franc-maçon est un homme pleinement intégré à la société, les problèmes de cette société ne doivent pas être traités sous l’angle politique et encore moins politicien. À la Grande Loge de France, place à l’essence des problèmes et non leur apparence passagère.

Parution décembre 2013

Pour une Maçonnerie de projet - Patrick Vidal           
La contribution de la Franc-maçonnerie française au progrès de l’Humanité semble devenue marginale, contrairement à ce qui se passait sous la Troisième République. Agir dans la cité exige d’entrer d’abord en soi-même pour définir l’action à conduire puis de s’ouvrir aux autres, d’élaborer un projet, de mobiliser les moyens matériels et humains nécessaires, et de le mettre en œuvre de façon quasi professionnelle. Il faut y ajouter les vertus de vigilance et de persévérance, indispensables pour bâtir une société de « reliance ».

BIBLIOGRAPHIE          

RECENSIONS          

L’AIR DU TEMPS          
INGRÉDIENTS POUR UNE BONNE PLANCHE, DORÉE COMME UNE PILULE ET CUITE À POINT
JEAN-FRANÇOIS MAURY